Carole Manaranche

Carole Manaranche

Carole Manaranche a ceci d’inattendu qu’elle n’est jamais vraiment là où on l’attend…Inattendue en substance, «substantifiquement» inattendue.
Pour ceux et celles qui connaissent son travail, elle incarne de façon plus ou moins entière la survivance des70’s dans la sculpture contemporaine, mais aussi de la couleur, une sorte de mariage iconoclaste entre support surface et ARTE povera…
Faisant fi de toute filiation, et indépendamment de toutes références, Carole Manaranche a, quelque soit les supports et les matériaux utilisés, la volonté de spatialiser la peinture, de colorer la sculpture, et finalement de s’affranchir des catégorisations classiques, des préjugés, des chapelles…

À Paradise : Résidence (mars 2015), Sous le couvert de ton étoile cirée (avr. 2015), RUE DE LA PIERRE NANTAISE (mai 2015)